Bretagne : les méthodes de facho d’une gôche qui ose se dire anti-fasciste

Publié le par LE BLOG DES CITOYENS PATRIOTES

L’organisation, par l’association « Jeune Bretagne », d’une journée de réflexion et débats sur le thème « Que faire face à la crise sociale européenne » a montré, mieux que de longs discours, la dérive fascisante de pans entiers de la gauche, Parti socialiste y compris.

Nous avons assisté, ces derniers jours, aux pires méthodes d’intimidation pour empêcher, à Chartres-de-Bretagne, près de Rennes, cette réunion, qui se tenait dans un lieu privé, une ferme pédagogique, de se tenir, sous le prétexte que les idées véhiculées par les organisateurs ne plaisaient pas aux commissaires politique de la bien-pensance locale.

Nous avons d’abord assisté aux pressions grotesques du maire socialiste de la ville, philippe Bonnin, vis-à-vis des propriétaires de la ferme pédagogique. L’élu s’est permis de conseiller fortement à des propriétaires d’un gite privé d’annuler sa promesse, sous le prétexte de risques possibles de troubles à l’ordre public. Autrement dit, au-delà de la défense de la plus élémentaire des libertés, celle du droit de réunion, cet élu se permet de conseiller à un de ses administrés de perdre un client, et donc des recettes, parce que les invités ne lui plaisent pas. Ne craignant pas le ridicule, il dira même qu’il condamne par avance tous les propos qui seront tenus dans cette ferme. Autrement dit : « Je ne sais pas ce qui se dira, mais je suis contre ! ».

Bien évidemment, les organisations de gôche et d’extrême gôche ont multiplié, elles aussi, les pressions sur le maire, le préfet et les propriétaires pour faire interdire la réunion. Et, selon le journal Ouest-France, 300 manifestants s’étaient retrouvés à Chartres de Bretagne, pour lutter, paraît-il, contre le retour du nazisme, rien de moins.

Plus cocasse encore une dizaine d’entre eux, se prenant sans doute pour des miliciens, avaient décidé de barrer la route, et de vérifier si les automobilistes qui passaient n’auraient pas l’aspect de fachos, pour mieux leur réserver un mauvais sort ! Fort heureusement, les forces de l’ordre interviendront rapidement, et rétabliront la liberté de circulation. Plus drôle encore, selon le journal local, des gauchistes avaient d’en découdre avec les socialistes, leur réservant ds slogans hostiles…

A part cela, Jeune Bretagne a parfaitement réussi son pari. Plus de 250 personnes écouteront différents intervenants, qui, tout en exprimant des divergences, publiquement, (n’est-ce pas cela, la démocratie, messieurs les gens de gôche ?), sauront se respecter, tout au long de l’après-midi, même si certains échanges enflammèrent parfois la salle.

Ainsi, dans une table ronde sur le thème : « Europe, France, Bretagne, quel cadre face à la crise sociale », on assista à de solides joutes verbales entre notre fondateur, Pierre Cassen, défenseur de la souveraineté de la France dans une République une et indivisible, Ronan Le Gall, indépendantiste breton, et Thomas Ferrier, président du PSUNE, qui préconisant la disparition de la nationalité française, jugée dépassée, par une citoyenneté européenne. Une vidéo de ce débat, qui suscita de nombreuses réactions dans la salle, sera disponible dans les prochains jours.

Ainsi, là encore, et quelle leçon pour les petits fachos de gôche qui croient lutter contre la « Bête immonde », tout en implantant l’islam en France, les échanges se firent toujours dans la bonne humeur, et dans un respect d’autrui. Les intervenants surent se serrer la main, et boire un coup ensemble.

Il y a pourtant, entre notre mouvance, et les organisateurs, une divergence fondamentale sur la question régionaliste et européenne. Yann Vallerie, le principal organisateur, conclut ainsi sa présentation en s’exclamant : « Vive la Bretagne, Vive l’Europe ». Exit la France ! Mais nous ne réglerons jamais ce type de divergences à coups d’insultes, d’anathèmes et de demandes d’interdiction, nous préférons la réalité du vrai démocratique, et laisser les 250 participants trancher ces divergences, en citoyens adultes et responsables.

Le soir, et c’est une autre réussite de « Jeune Bretagne », plus de 160 personnes se retrouveront autour d’un cochon grillé.

Sans doute encore une provocation raciste rappelant les heures les plus sombres de notre histoire…

Jeanne Bourdillon

 

Source http://ripostelaique.com/bretagne-les-methodes-de-facho-dune-goche-qui-ose-se-dire-anti-fasciste.html#.UU76KCr2c-c.twitter

Publié dans Mais où va t'on

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article