JEUDI 16 DECEMBRE 2010

Publié le par L'UNION DES CITOYENS PATRIOTES ET SA JEUNESSE

SOMMAIRE DES ARTICLES DE L'UCP

JEUDI 16 DECEMBRE 2010   

- Chateaurenard (13) : Le maire de Châteaurenard obtient un assouplissement du permis à points

 

- Luberon ( 84) Des centaines d'abonnés de France Télécom privés de téléphone et d'internet

-Cavaillon (84) : quatre hommes interpellés pour un meurtre barbare

 - Marseille (13) : Un commerçant agressé par des braqueurs qui ont été arrêtés

 

- La Seyne-sur Mer (83) : Le lycéen agressé au couteau dans les toilettes avait tout inventé

 

- Nantes (62) : Deux pompiers meurent électrocutés

 

- Oraison (84) : Le cambriolé cultivait du cannabis

 

 

                                QU'EN PENSEZ VOUS???

 

  

________________________________________________________________________________________________

- Chateaurenard (13) : Le maire de Châteaurenard obtient un assouplissement du permis à points

 

Bernard Reynès, député-maire de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône) apprécie "comme une victoire" le léger assouplissement du permis à points qu'il a obtenu hier après le vote d'un amendement dans le cadre de l'examen de la loi sur la sécurité intérieure à l'Assemblée. "En dehors du fait que les automobilistes qui ont perdu des points pourront faire un stage par an au lieu de tous les deux ans, désormais, ils pourront récupérer l'intégralité de leurs points en deux ans au lieu de trois".

En fait, l'élu explique avoir longuement discuté avec des membres du gouvernement, notammant le ministre de l'Intérieur qui était contre tout comme le Président. Ils ont modifié son premier amendement qui excluait du cadre du nouveau texte les conduites en état d'ivresse, les grands excès de vitesse, les délits de fuite, soit les infractions de catégorie 5. "Ont été rajouté les infractions de catégorie 4 comme les dépassements de vitesse de 30 à 40 km/h, les alcoolémies de 0,5 à 0,8, les conduites à contre-sens, les stops brûlés", précise-t-il. L'amendement doit encore être voté au Sénat et ensuite adopté par la commission mixte paritaire.

 

 

Ph.L
_____________________________________________________________________________________________ 

 

  Luberon ( 84) Des centaines d'abonnés de France Télécom privés de téléphone et d'internet
Dans le Sud du Luberon, Pertuis mais aussi Cucuron, Villelaure et Saint-Martin-de-Castillon ont été totalement privées de téléphone, hier, une grande partie de la journée. Plusieurs autres communes dans le secteur de Pertuis ont également été victimes de problèmes de connexion internet.

A l'origine de ces coupures : un engin de chantier qui a sectionné, peu après 15 h, une fibre optique entre Cavaillon et Mérindol. Malgré leurs efforts, les services de France Télécom n'espéraient hier pas voir la situation rentrer dans l'ordre avant le milieu de la nuit.
 

 

La Provence
 

______________________________________________________________________________________________

 

-Cavaillon (84) : quatre hommes interpellés pour un meurtre barbare

Mardi à l'aube, ils ont été arrêtés pour "faire avancer l'affaire"

C'est à Cavaillon, dans la cité du Dr Ayme et dans le centre-ville, que les militaires de la Section de recherche de Marseille sont intervenus.

C'est à Cavaillon, dans la cité du Dr Ayme et dans le centre-ville, que les militaires de la Section de recherche de Marseille sont intervenus.

Photo Jérôme rey

 

Pierre Monnin, 67 ans au moment de son meurtre, était un homme au train de vie plus qu'agréable. Cet ancien photographe était aussi connu dans le milieu gay de la région. Et, enfin, il habitait une villa cossue et isolée, chemin de la Plaine à Robion. Voilà les trois pistes qu'étudient les gendarmes de la Section de recherche (SR) de Marseille : le crime de proches intéressés par son excellente santé financière et qui lui auraient, en le torturant, extorqué de l'argent; celui d'un homme de son entourage homosexuel qui aurait, pour des raisons inconnues, voulu sa mort; ou bien le meurtre crapuleux, sorte de vol à main armée qui tourne au cauchemar pour le sexagénaire.

C'est au beau milieu d'une enquête très difficile, aux dires de proches de l'affaire, qu'une vingtaine de militaires de la SR de Marseille ont interpellé, mardi à l'aube, quatre jeunes hommes âgés de 25 à 28 ans, deux dans la cité du Dr Ayme et deux autres en centre-ville. Torturé au sécateur? Ces quatre individus, qui faisaient, selon nos sources, partie de l'entourage gay de Pierre Monnin, ne seraient pas directement suspectés du meurtre et des atroces tortures dont il aurait été victime durant plusieurs jours et plusieurs nuits. "On les a interpellés pour progresser dans l'affaire, en savoir plus sur l'entourage de la victime' glissait hier un enquêteur, "on a pas mal de questions à leur poser. Mais au fil des interrogatoires, il n'est pas impossible qu'ils deviennent de réels suspects". Autant dire qu'il n'était pas inconcevable, hier soir et après une journée et demi de garde à vue, que l'un ou plusieurs de ces individus avouent avoir été l'un des acteurs principaux de ce meurtre.

"Ce qu'on sait c'est qu'ils étaient plus de deux pour le torturer et le tuer" continuait notre source. En mai 2009, et après une vague de sept interpellations, un homme avait déjà été mis en examen et écroué pour le meurtre du photographe. Ce-dernier avait subi de terribles sévices: il avait notamment été roué de coups et retrouvé avec des plaies aux jambes faites a priori au sécateur. En prenant la fuite, les auteurs de ces actes barbares avaient pris soin de mettre le feu à son matelas pour tenter de faire disparaître l'horreur des traces de torture subies par la victime.

 

Romain CAPDEPON (rcapdepon@laprovence-presse.fr)

_______________________________________________________________________________________________

- Marseille (13) : Un commerçant agressé par des braqueurs qui ont été arrêtés

A Marseille, un restaurateur a été légèrement blessé hier soir par deux malfaiteurs qui ont fait feu sur lui avec une carabine à plomb. Ils avaient tenté de lui dérober sa recette, dans le quartier de la Rose. Les deux jeunes braqueurs ont été interpellés peu après

________________________________________________________________________________________________

 

- La Seyne-sur Mer (83) : Le lycéen agressé au couteau dans les toilettes avait tout inventé

 

 

 

Le lycéen qui avait déclaré s'être fait attaqué dans les toilettes du lycée Langevin lundi à La Seyne-sur-Mer a reconnu avoir menti, rapporte le site de Nice matin. Les policiers en charge de l'enquête avaient relevé des incohérences dans le scénario de cette agression au couteau imaginaire.

Cette vraie fausse agression avait provoqué une manifestation spontanée mardi des lycéens et personnels de l'établissement qui étaient descendus dans la rue.
 

 

La Provence
______________________________________________________________________________________________

- Nantes (62) : Deux pompiers meurent électrocutés

AFP

Deux sapeurs-pompiers ont trouvé la mort, hier soir vers 23 heures alors qu'ils combattaient un incendie à Treillères, à une dizaine de kilomètres au nord de Nantes, annoncent les pompiers de Loire-Atlantique.

Les pompiers "ont été victimes d'un arc électrique provoqué par une ligne à très haute tension située à proximité de la nacelle de l'échelle aérienne dans laquelle ils avaient pris place" pour combattre l'incendie, précise le communiqué du Service départemental d'Incendie et de Secours (SDIS), confirmant une information d'Europe 1.

"Une épaisse fumée empêchait toute visibilité. Nos deux malheureux collègues ont alors été électrocutés. les deux tentatives de réanimation se sont révélées vaines", précise le texte.

______________________________________________________________________________________________

- Oraison (84) : Le cambriolé cultivait du cannabis

 

Être victime d'un cambriolage et se retrouver soi-même en garde à vue, c'est ce qui est arrivé à un habitant d'Oraison suite à l'intervention des gendarmes. Informée dans la nuit de samedi à dimanche qu'un cambriolage était en cours dans un appartement du centre ville, la patrouille était aussitôt intervenue.

À son arrivée, le ou les malfaiteurs qui avaient fracturé la porte de l'habitation, alors inoccupée, avaient pris le large avec quelques objets. Mais, à l'intérieur, les gendarmes découvrirent surtout 16 plants de cannabis et le matériel ad hoc pour le cultiver.

C'est donc bien la victime du cambriolage, interpellée lundi sur son lieu de travail, qui s'est retrouvée à la brigade de gendarmerie, sommée de s'expliquer. Avant de ressortir libre mais muni d'une citation à comparaître en correctionnelle, il en a bien sûr profité pour déposer plainte contre X pour le cambriolage.

 

 

F. de B
 
 
                                                                  A SUIVRE           
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article