SAMEDI 11 DECEMBRE 2010

Publié le par L'UNION DES CITOYENS PATRIOTES ET SA JEUNESSE

                                                                     SOMMAIRE DES ARTICLES DE L'UCP

                                                                                SAMEDI 10 DECEMBRE 2010

  

- Marseille (13)Enseignante agressée : l'auteur arrêté

- Nice (06) : Un SDF aspergé d'essence et brûlé

 - Eygalière (13) : Michel Drucker bientôt privé de sa villa à Eygalières ?

- France(Politique) : Le gouvernement vit dans un autre monde, juge Martine Aubry

 

-(France) : Mosquée/Épinay: manifestation

  

 

- (Nantes) DISPATION INQUETANTE MOBILISATION GENERALE Double disparition inquiétante à Nantes

_____________________________________________________________________________________________

 

 

- Marseille (13) : Enseignante agressée : l'auteur arrêté

 

C'est un adolescent de 14 ans, en rupture scolaire. Voilà le bref profil de celui qui est soupçonné d'avoir fait exploser la lunette arrière de la voiture d'une enseignante d'Aubagne, dans le quartier du Charrel. Le 29 novembre dernier, alors qu'elle venait de récupérer sa voiture sur le parking de son école, avec sa fille en bas âge, la jeune femme avait vu sa vitre arrière se briser en mille éclats.

L'enquête menée par le Sûreté départementale a permis d'établir qu'il s'agissait d'un collégien, récemment renvoyé de son établissement. Interpellé, il a vite reconnu les faits, indiquant qu'il avait utilisé des pierres pour commettre son méfait. Il a en revanche nié savoir qu'il s'en prenait à une enseignante.

 

 

R. L

_________________________________________________________________________________________________

  

- Nice (06) : Un SDF aspergé d'essence et brûlé

C'est face aux grilles du jardin Thiole, à Nice, que trouvent refuge pour dormir des SDF d'origine roumaine, dont plusieurs membres d'une même famille, selon Nice-Matin. Et c'est là, entre 3 et 4h dans la nuit de jeudi à vendredi, qu'un sans-abri de 26 ans a été aspergé d'un liquide inflammable avant de se transformer en torche humaine.

Placé en réanimation à l'hôpital Saint-Roch, le malheureux a ensuite été transféré par hélicoptère, sous respiration artificielle, au centre des grands brûlés de Toulon. Il se trouvait hier soir entre la vie et la mort. Son père horrifié, âgé de 50 ans, a été brûlé au visage et aux mains, en lui portant secours

 

 

_____________________________________________________________________________________________ 

- Eygalière (13) : Michel Drucker bientôt privé de sa villa à Eygalières ?

 

Le rapporteur public conclut à l'"inexistence" du permis

 

À Eygalières, la chapelle Saint-Sixte, du nom d'un ancien pape, est très proche de la villa de Michel Drucker.

À Eygalières, la chapelle Saint-Sixte, du nom d'un ancien pape, est très proche de la villa de Michel Drucker.

Photo Nicolas Vallauri

 

Peut-on disposer d'une villa de 293 m² dans les Alpilles et être condamné à s'en priver ? Depuis hier, l'animateur de France 2, Michel Drucker, doit forcément se poser la question. Car le tribunal administratif de Marseille vient de relancer le dossier. Une nouvelle fois. Et le dernier épisode en date est le propos du rapporteur public, chargé de dire le droit, qui a conclu, hier, à "l'inexistence" du permis de construire délivré le 18 janvier 2008 à Michel Drucker.

À l'origine du procès, l'action engagée par la Ligue de défense des Alpilles, qui a sommé le maire d'Eygalières, René Fontès, et l'animateur d'interrompre les travaux. La villa en question serait une atteinte majeure à l'environnement, car située à moins de 500 mètres de la chapelle Saint-Sixte, inscrite à l'inventaire des monuments historiques et qui porte le nom d'un pape, lui-même répertorié au martyrologe chrétien.

"Mon client est la première victime. Il ne peut plus vendre sa maison"
, riposte l'avocat de Michel Drucker, Jean-Pierre Mignard. La Ligue de défense des Alpilles a justifié sa position hier : "Si on ne prend pas garde à l'environnement, il se fera n'importe quoi !"Dans ses conclusions, le rapporteur public estime que la décision de l'administration est entachée de "fraude". Une "fraude" nullement imputée à Michel Drucker, mais qui rendrait inexistante la décision d'accorder un permis de construire à Michel Drucker.


Du coup, il a demandé au tribunal administratif d'enjoindre le maire sous trois jours d'ordonner l'interruption des travaux. L'ennui, c'est que la maison est quasiment terminée. Quelle influence concrète aura demain la décision du tribunal, s'il suit le rapporteur public, sur la villa en question? Interrogé hier soir, le maire d'Eygalières nous a fait savoir qu'"il n'entend pas intervenir publiquement sur ce dossier".

Quant à l'avocat des Drucker, il a rappelé que l'enquête pénale a fait suite à la plainte déposée le 16 juin 2009 par la Ligue des Alpilles auprès du procureur de Tarascon, laquelle a été suivie un an plus tard d'un classement sans suite. Neuf auditions n'ont mis en évidence aucun délit. Reste le mystère insondable de cette lettre de la Direction de l'équipement adressée à l'architecte des bâtiments de France, qui devait être préalablement consulté, et qui porte des dates différentes.

Les mauvais esprits y ont vu un antidatage, d'autres une simple erreur matérielle. L'enquête n'a rien prouvé. Pour Me Mignard, il y a dans tout cela un signe de "fanatisme justicier", cette tendance moderne qui ferait des VIP des victimes à tout prix, toujours prompts à bénéficier de passe-droits. Il n'en est rien, assure-t-il. Décision du tribunal dans 15 jours.

 

 

Denis TROSSERO

 

______________________________________________________________________________________________

 

- France(Politique) : Le gouvernement vit dans un autre monde, juge Martine Aubry

 

PARIS (Reuters) - Martine Aubry, premier secrétaire du Parti socialiste, a dénoncé samedi "le gouvernement tout-va-bien-Madame-la-marquise" de François Fillon qui reste, selon elle, sourd aux problèmes des Français.

Devant les membres du PS réunis à Paris pour leur convention sur "l'égalité réelle", la maire de Lille a critiqué la gestion du conflit des retraites dans les raffineries et, cette semaine, celle des fortes chutes de neige sur l'Ile-de-France.

"Un jour, alors que les Français n'ont plus de carburant, on leur dit qu'il n'y a pas de pénurie. Un autre jour, alors que la neige bloque les routes et que les moyens dédiés par l'Etat aux services de l'équipement ont été amputés, on nous dit qu'il n'y a pas de pagaille", a-t-elle ironisé.

"Quand on ne se défausse pas sur Météo France, un autre service public, qui, lui, avait anticipé", a-t-elle ajouté par allusion aux propos du Premier ministre sur les services météorologiques.

Pour Martine Aubry, l'équipe de François Fillon "vit dans un autre monde, loin des Français".

La dirigeante socialiste a estimé que le PS avait "commencé à dessiner une autre France, la France de l'après-crise, la France de l'après-Sarkozy, la France de 2012".

Elle a appelé les Français à "tourner la page du sarkozysme" et les "présidentiables" du PS à ne pas tout précipiter.

De nombreuses voix s'élèvent en interne pour réclamer une accélération du calendrier des primaires du PS, qui prévoient un dépôt des candidatures en juin et un vote à l'automne.

Martine Aubry s'est de nouveau posée en garante de ces dates. "Pour réussir 2012, je nous recommande de bien agir en 2011", a-t-elle fait valoir.

 

Laure Bretton, édité par Gérard Bon

 

 

(c) Copyright Thomson Reuters 2010
______________________________________________________________________________________________
 
 

-(France) : Mosquée/Épinay: manifestation

AFP

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés aujourd'hui à Epinay-sur-Seine afin de réclamer la réouverture de la mosquée, fermée depuis le 18 novembre, et pour demander à la gérer eux-mêmes, a constaté un journaliste de l'AFP.

"On veut gérer notre mosquée par nous-mêmes, ce n'est pas à la mosquée de Paris (mandatée par la mairie) de le faire" a déclaré à l'AFP Hamza Bouaziz, secrétaire général de l'Union des associations de musulmans d'Epinay (UAM). Partant de la mosquée, les manifestants sont passés dans plusieurs quartiers de la ville afin "d'informer les habitants de ce qui se passe", a expliqué M. Bouaziz.

"On a d'abord voulu négocier mais la mairie nous a imposé la mosquée de Paris, qui elle-même n'a pas voulu nous écouter. Ce qu'on veut, c'est le respect de la loi de 1905 (de séparation de l'Eglise et de l'Etat). Beaucoup de jeunes ici connaissent leur droit, ils ont été formés à l'école de la République", a conclu M. Bouaziz.

"Cette association n'a pas le soutien de la majorité des musulmans de la ville, ils ne représentent qu'eux-mêmes, je ne vois pas pourquoi elle aurait la gestion de la mosquée" a répondu Hervé Chevreau, maire (MoDem) d'Epinay-sur-Seine. "J'ai le sentiment qu'il y a une volonté de récupération de l'islam (à) Epinay et ça ne convient pas à nombre de musulmans d'Epinay, j'en ai encore rencontré aujourd'hui qui me l'ont affirmé", a ajouté M. Chevreau.

La mosquée d'Epinay-sur-Seine, dont la gestion a été confiée par la mairie à la mosquée de Paris, est fermée depuis le 17 novembre suite à une forte opposition de l'UAM. La mosquée de Paris a annoncé qu'elle rouvrirait la mosquée "dès que le calme sera revenu".

______________________________________________________________________________________________

 

- (Nantes) DISPATION INQUETANTE MOBILISATION GENERALE

Double disparition inquiétante à Nantes

Des plongeurs de la gendarmerie explorent jeudi les berges de la Loire aux abords de la discothèque «Le Calysto» après la disparition de Rémy et Grégoire la semaine passée.
Des plongeurs de la gendarmerie explorent jeudi les berges de la Loire aux abords de la discothèque «Le Calysto» après la disparition de Rémy et Grégoire la semaine passée. Crédits photo : JEAN-SEBASTIEN EVRARD/AFP

Deux jeunes hommes ont disparu vendredi et samedi dernier, à 24 heures d'intervalle, en sortant de la même boîte de nuit. Des recherches sont en cours.

Le parquet de Nantes préfère ne parler que d'une «troublante coïncidence» pour l'instant. Le jeudi 2 décembre, Rémy Calmejane, un étudiant de 19 ans en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps), se rend avec des amis au Calysto, une boîte de nuit située près des bords de Loire, à Nantes. Vers 4 heures du matin, fatigué, il quitte les lieux. Ses parents signalent sa disparition le lendemain matin. Le vendredi 3 décembre au soir, un autre étudiant, Grégoire Rigault, âgé de 24 ans, se rend au même établissement. Il s'en va là encore vers 4 heures, et le même scénario se reproduit : Grégoire Rigault n'a plus été revu. Dans les deux cas, le parquet a ouvert une enquête pour «disparition inquiétante».

 

Rémy Calmejane a disparu vendredi 3 décembre à 4 heures.
Rémy Calmejane a disparu vendredi 3 décembre à 4 heures.

 

Des nombreux moyens ont été utilisés pour tenter de retrouver la trace des deux jeunes gens. Une portion de la Loire a été inspectée par des plongeurs et survolée en hélicoptère. Un chien de la gendarmerie a suivi la trace de Rémy Calmejane jusqu'à la gare maritime de la ville, sans qu'il soit établi si le jeune homme était passé par là pour venir ou repartir, rapporte Ouest-France.

 

Mauvaise rencontre ou chute mortelle ?

 

Le procureur de la République de Nantes Xavier Ronsin a déclaré jeudi soir que «les recherches menées [dans la journée] par les pompiers et les gendarmes avec des plongeurs, ainsi que des chiens, n'ont rien donné». Elles doivent se poursuivre ce vendredi, ainsi que les auditions. Pour l'instant, aucun élément ne permet d'exclure ou de privilégier la piste criminelle ou accidentelle, a précisé le magistrat. Interrogé sur un possible lien entre les jeunes hommes, il a précisé qu'»il n'a pas été établi procéduralement que les deux disparus se connaissaient».

 

Grégoire Rigault n'a plus été revue depuis le 4 décembre, à 4 heures.
Grégoire Rigault n'a plus été revue depuis le 4 décembre, à 4 heures. Crédits photo : HO/AFP

 

Pierre Calmejane, le père de Rémy, assure pour sa part que les deux jeunes ne se connaissaient pas. Il soutient aussi que son fils «n'est pas tombé à l'eau tout seul» et qu'il a dû faire une mauvaise rencontre. «C'est un étudiant bon vivant, qui n'a pas de problème de fugue ou de tendance suicidaire», a-t-il expliqué. «Il avait bu, c'est clair, mais selon ses copains, il ne titubait pas, il pouvait marcher». Depuis vendredi, son portable est sur messagerie et sa carte bleue muette.

De son côté, Grégoire Rigault, qui étudiait pour devenir expert-comptable, devait passer son permis de conduire pour la deuxième fois lundi mais il ne s'est jamais présenté à l'épreuve. «Quoi qu'il arrive, il n'aurait jamais fait ça», estime un proche cité par Le Parisien. Un appel à témoin a été lancé par la police judiciaire de Nantes ( 02 53 46 70 00). 

______________________________________________________________________________________________

                                                            EDITO REACTIO DU BUREAU SUR L'ACTU

_______________________________________________________________________________________________

Art 1à3 la provence.com ; 4à5 lefigaro AFP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article