Ces personnalités médiatiques qui ont rejoint le FN

Publié le par LE BLOG DES CITOYENS PATRIOTES

Marine Le Pen et Gilbert Collard en février au salon de l'agriculture à Paris.

 

VIDÉO - Gilbert Collard, Robert Ménard, Jean Roucas... Ils sont plusieurs à avoir rejoint le Front national ces derniers mois.

 • Gilbert Collard

C'est le premier à franchir le rubicon. Dans un entretien accordé en mai 2011 à Valeurs actuelles, l'avocat Gilbert Collard annonce son ralliement à Marine Le Pen. Un soutien pour le moins inattendu pour cet habitué des médias issu de la gauche, passé par le Parti socialiste et les Radicaux valoisiens. Pour expliquer son ralliement surprise, celui-ci se prévaut de son amitié avec la patronne du FN. «Je n'ai pas pris ma carte au Front national, mais je suis très ami, et de longue date, avec Marine Le Pen. Je suis mariniste. Mon lien est avec elle», explique-t-il à l'hebdomadaire. La présidente du FN et Gibert Collard se connaissent en effet depuis vingt-cinq ans. L'avocat a défendu sa mère, Pierrette Le Pen, lors du divorce conflictuel et très médiatisé qui l'a opposée à JeanMarie Le Pen en 1984 et 1985.
Gilbert Collard à l'Assemblée nationale en juillet.

  

Autre explication avancé par Collard: «Le FN a changé». Selon lui, «le Front mariniste est 100% républicain», contrairement à l'époque où le parti était dirigé par Jean-Marie Le Pen, qu'il abhorrait. «Le procès en racisme intenté à Marine Le Pen est totalement obsolète. Marine, je la connais: elle n'est ni raciste, ni antisémite, ni xénophobe!», assure-t-il.

Gilbert Collard, qui présida le comité de soutien à Marine Le Pen pendant la dernière campagne présidentielle, a été élu en juin 2012 député de la 2e circonscription du Gard, sous l'étiquette Rassemblement Bleu Marine. Il n'a pas encore fait part de ses intentions pour les municipales de mars, même s'il a évoqué à plusieurs reprises sa possible candidature à Saint-Gilles (Gard).

• Robert Ménard

Ce n'est pas un ralliement avec armes et bagages, mais plutôt un soutien du FN. Le journalisteRobert Ménard se présentera en mars aux municipales à Béziers (Hérault) avec l'appui du parti de Marine Le Pen. Mais l'alliance n'ira pas plus loin, l'ancien secrétaire général de l'association Reporters sans frontières (RSF) présentant sa candidature comme «apolitique». «Je reçois le soutien du Front national mais je n'ai rien négocié avec le FN. Le FN représente 20 à 25 % des voix, vous pensez que tous ces électeurs sont des fachos. Sûrement pas», a-t-il justifié. Quoi qu'il en soit, deux ans après le ralliement médiatique de Gilbert Collard, la présence de Robert Ménard dans la sphère frontiste apparaît bien comme une nouvelle prise de guerre pour Marine Le Pen.

Robert Ménard et Louis Aliot, le vice-président du FN, en juin à Béziers.

Lors d'un déplacement début juin à Béziers avec Louis Aliot, le vice-président du FN, Robert Ménard a expliqué avoir fait valoir sa «liberté» comme préalable à l'onction du parti de Marine Le Pen. Lui qui n'est pas membre du FN, ni du Rassemblement Bleu Marine, souhaite «que la liste soit ouverte à toutes les sensibilités». Traduction: l'étiquette FN pourrait être apposée sur son affiche «Choisir Béziers» au côté du logo d'autres partis.

• Jean Roucas

Rien ne semble pouvoir freiner l'attraction exercée par Marine Le Pen. En septembre, l'humoriste Jean Roucas, coauteur du Bébête show, émission culte de TF1 dans les années 80-90, est venu témoigner son soutien à la présidente du FN lors de l'université d'été du parti à Marseille. C'est par l'intermédiaire de Gilbert Collard que l'ancien parolier de Stéphane Collaro a rencontré Marine Le Pen. Et, comme lui, il estime que le FN a changé depuis que la quarantenaire le dirige. Devant la presse, il a expliqué avoir longuement réfléchi avant d'apporter un soutien public à la fille de Jean-Marie Le Pen. C'est l'insécurité grandissante à Marseille qui l'y a finalement poussé. «J'y ai grandi et ça n'est plus possible», a-t-il déclaré. L'humoriste a précisé qu'il n'entendait pas pour autant adhérer au FN, ni se présenter à des élections.

Mais sa sortie en faveur du FN lui a valu de nombreuses critiques, ainsi que la déprogrammation de spectacles auxquels il devait prendre part. «Ce qui me choque, c'est qu'on m'interdise de travailler parce que j'ai affiché mes sympathies politiques. Ça me révolte, s'exclame-t-il jeudi dans un entretien à Nice Matin . Bertrand Cantat a sorti un album et va sûrement refaire une tournée. Je m'aperçois avec effroi que la gauche caviar, qui tient les rênes du métier du spectacle, pardonne plus facilement à un type qui a massacré sa femme à coups de poing qu'à moi qui ai eu le tort de dire mes sympathies.»

• Jean-François Belmondo, neveu de Jean-Paul

C'est le dernier ralliement d'une personnalité en date: celui du neveu de Jean-Paul Belmondo. Pharmacien dans le XIe, Jean-François Belmondo est le fils du producteur Alain Belmondo, frère du monstre sacré du cinéma français. Agé d'une cinquantaine d'années, il se dit attaché à la personnalité de Jean-Marie Le Pen depuis de longues années, mais indique n'avoir pris sa carte du parti qu'en 2012. Son nom vient en tout cas d'émerger dans la campagne des municipales parisiennes. Car parallèlement à ses activités professionnelles, Jean-François Belmondo est le directeur de la campagne du FN pour les municipales dans le IIIe, son arrondissement de résidence. Il figure aussi en deuxième position sur la liste conduite par une quadra, Sophie Duval.

 

Source http://www.lefigaro.fr/politique/2013/10/05/01002-20131005ARTFIG00367-ces-personnalites-mediatiques-qui-ont-rejoint-le-fn.php

Publié dans "Infos" Actualités...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article